Michel Gouty donne son point de vue, donnez le vôtre !

Ma position sur les Primaires à Gauche la candidature de Jean-Luc Mélenchon et l’avenir du FDG

 LES PRIMAIRES :

Un processus que le PCF a toujours condamné, le qualifiant d’anti-démocratique, accentuant la présidentialisation, la personnalisation au détriment du contenu, une course au casting.

Il n’y a qu’à relire l’interview d’Olivier Dartigolles, porte parole du PCF, dans l’Huma des 15, 16 et 17 mai 2015, sous le titre «  POURQUOI LA TENUE D’UNE PRIMAIRE A GAUCHE PEUT S’AVÉRER DANGEREUSE ?».

Il  n’a pas de mots assez durs pour le fustiger.

Ainsi, il déclare : « les primaires ont pour objectif premier d’empêcher un débat d’alternative à gauche…..mesurons à quel point une primaire pour 2017 est à des années lumières des préoccupations réelles et quotidiennes du plus grand nombre….c’est cela aussi la crise de la politique…..un processus qui nous conduit à  la catastrophe ».

Très bien, il est fidèle aux orientations définies par le PCF.

Mais 1 an après, il défend le contraire et avec Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, il justifie l’engagement du PCF dans une primaire.

Je note au passage que les communistes et les partenaires du FDG n’ont pas été consultés.

Je le regrette profondément et, je pense que cet état de fait a accéléré la proposition de candidature de JL Mélenchon.

 J’y reviendrai.

Je constate que la direction du PCF ( même si certains sont opposés aux primaires ) cède à la fébrilité, à l’affolement face à la menace du FN au 2ème tour de l’élection présidentielle en 2017, menace très bien entretenue par le PS qui a intérêt à favoriser le vote utile et la disparition d’une force de transformation sociale. Alors que le PS est responsable de la progression régulière du FN, et à un niveau jamais atteint.

DSC02450

Un tel artifice, un tel rassemblement qui aboutiront à un contenu obligatoirement à minima avec un candidat (e) issu du social-libéralisme, ne peuvent pas créer l’enthousiasme, l’émulation chez notre électorat, celui du FDG, chez les abstentionnistes qui regroupent beaucoup d’électeurs populaires lesquels sont orphelins d’une vraie alternative, en rupture avec le capitalisme.

Participer à une telle primaire, ce serait se couper des masses populaires, du mouvement social et de la rue, se lier un peu plus au PS, qui est « vomi » par le peuple ( expression utilisée par Patrice Cohen Séat, lors de la présentation de son livre « Peuple » à l’Huma-café).

Je voudrais rappeler que le 35ème Congrès du PCF en 2010, évoquant la perspective des élections présidentielles de 2012, proposait un processus très différent et surtout en liaison avec la démarche du FDG, préconisée par le PCF.

L’ambition était de construire une véritable alternative ( rapport d’ouverture de Robert Injay, confirmée par la résolution du Congrès ) :

«  en lien avec les luttes et les attentes qui s’expriment, prenons l’initiative d’engager un processus pour construire un « pacte d’union populaire », permettant aux hommes et aux femmes de s’approprier l’élaboration de ce que devrait être une véritable politique alternative en 2012 . Un processus qui, EN LIEN AVEC NOS PARTENAIRES DU FDG, pourrait prendre toutes les formes nécessaires pour favoriser l’implication du plus grand nombre. Pour populariser la démarche du FDG, pour permettre à chacun d’y contribuer comme acteur et non simple spectateur, poussons à la création d’espaces ouverts du FDG : comité, collectif, association, peu importe l’intitulé, c’est aux hommes et femmes qui le constituent d’en décider les formes ».

 

Juste une parenthèse : la création « d’association » fait partie des moyens pour impulser et faire vivre le FDG, mieux impliquer le peuple, comme veut y contribuer l’association « Place au Peuple – Front de Gauche 44 ».

Les attaques déloyales et les procès d’intention de la part de l’exécutif de la fédération PCF 44, et de plusieurs camarades du conseil départemental PCF 44, à l’encontre de cette association, masquent surtout leur refus de s’engager résolument dans la stratégie définie par le PCF, alors qu’ils ont reçu mandat des communistes de l’appliquer dans toutes ses dimensions.

Aujourd’hui, à l’approche du 37ème congrès, situé avant les Présidentielles de 2017, le PCF adopte une démarche en contradiction avec celle de 2010 et 2013.

LA CANDIDATURE DE JL MÉLENCHON :

Certes la candidature de JL Mélenchon est une démarche personnelle.

Mais en rester à ce reproche apparaît insuffisant.

En fait, avait-il le choix ? sachant que les partenaires du FDG l’ignoraient et préféraient tenter le diable avec les Primaires ( ENSEMBLE en situation d’observateur), processus dans lequel il avait refusé de s’inscrire, bien avant l’annonce de sa proposition de candidature.

Il est quand même difficile d’ignorer que JL Mélenchon représente une personnalité de la « gauche de rupture » avec autant de légitimité présidentielle : 2012 est passé par là, avec 4 millions de voix et 11,1%.

D’autres remarques et questionnements :

.—La Direction nationale actuelle a enfermé le PCF dans la discussion des primaires avec le PS.

—Elle a laissé vide l’espace de la construction d’une candidature indépendante, communiste ou non, héritière du FDG.

Elle a refusé de travailler à cette hypothèse.

— A t’elle proposé aux forces du FDG, un calendrier, une méthode pour décider collectivement une candidature ? Non .

— Pourquoi avoir jeté aux oubliettes le programme partagé « l’Humain d’abord », refusé de l’actualiser, alors que JL Mélenchon le reprend et propose aux citoyens de l’enrichir, d’en faire leur programme, reprenant la démarche initiée par le FDG en 2011.

— Va-t-on continuer à s’enliser dans les primaires, lesquelles vont conduire à l’évaporation du PCF et de tout espoir de transformation sociale et écologique ?

Illusoire de faire reculer la désespérance, la résignation et le FN en se rangeant derrière le PS ou en combinant avec lui.

Va-t-on attendre des mois pour rallier piteusement la candidature de Mélenchon, quand on voit qu’il a déjà recueilli plus de 60 000 soutiens en quelques jours, avec des personnalités du mouvement social, tels les leaders syndicaux CGT Air-France ou Arcelor-Mittal Florange et 2 000 syndicalistes ?

Considérons-nous, qu’il n’y a plus rien à faire ?

 Je ne le pense pas et je préconise que le PCF revienne à ses fondamentaux et aux orientations du 35èmecongrès de 2010 qui avaient pour objectif de « donner un nouvel élan au FDG »,  confirmés et amplifiés en 2013 avec le 36ème congrès qui dessinait « la saison 2 »  du FDG

Marie-Georges Buffet a déclaré le 11 février 2016 : « Poursuivons le combat pour une France insoumise et fière de l’être ».

Elle a pris soin de ne pas injurier l’avenir et de tendre la main

Il y a urgence !

N’attendons pas le mois de juin pour interpeller les partenaires du FDG pour qu’ils reviennent à la raison et sollicitons les citoyens attachés à ce mouvement, cette espérance que représente toujours le FDG.

Certes, il sera difficile de faire revenir JL Mélenchon, mais croyons au rapport de forces et comme le dit Jean-Emmanuel Ducoin dans son « bloc-notes » de l’Huma du 4 mars :

« Ne laissons pas le FDG se déliter, se rabougrir et au final dépérir. Il reste la seule force politique authentiquement de gauche qui incarne la rupture dont nous rêvons tous et qui a su agréger à lui cette espérance mobilisatrice. 2017 ne sera 2012 . Mais sans le FDG, qui peut prétendre sérieusement que nous ne serions pas menacés de marginalisation ? »

Le 36ème Congrès en 2013 proposait de « RALLUMER LES ETOILES »,

Mobilisons nous en « RALLUMANT L’ÉTINCELLE DU FDG »  comme le propose la pétition nationale qui regroupe plus de 2 000 signatures.

ModèleBadgePAPMichel GOUTY

Membre du Conseil départemental du PCF 44

Membre de l’association « Place au peuple – Front de Gauche 44 »

Vertou le 2 mars 2016

Laisser un commentaire