LA GAUCHE CACTUS UN ARTICLE: le temps des bourrasques…

LE TEMPS DES BOURRASQUES

vendredi 26 octobre 2018
par  João Silveirinho
La Gauche CactusLa Gauche Cactus

 

Les dictionnaires nous disent qu’une bourrasque est un brusque coup de vent de courte durée. L’un d’entre eux cite toutefois, opportunément, Jules Verne : « Quelques bourrasques de neige passaient au milieu des rafales de pluie et du vent. La mauvaise saison était évidemment prochaine ».

Au début de l’été, la bourrasque Benalla faillit tourner à la tempête. Elle est de plus, après quelques semaines de calme, susceptible de réapparaître à tout instant. A la fin de l’été, le gouvernement a été secoué par deux bourrasques successives. La bourrasque Hulot fut de courte durée : elle était prévisible depuis des mois, seul le moment de son déclenchement n’étant pas dans les radars de nos plus aiguisés prévisionnistes. Et elle ne faisait que confirmer ce que nous savions déjà : pour la macronie, l’environnement n’est qu’une toute petite variable d’ajustement du jeu électoral et ne doit en aucun cas troubler les parties de monopoly du monde économico-financier. Jupiter ne fit d’ailleurs aucun effort pour retenir le soldat Hulot car, tant pis, il n’était là que pour le marketing vert (pâle). Plus intense fut la bourrasque Collomb. Le ministère de l’Intérieur, ça, c’est du sérieux. La sécurité, c’est tout de même plus important que les histoires d’abeilles et de petits zoiseaux. L’immigration, c’est autrement préoccupant que les degrés Celsius en plus ou en moins, plutôt en plus, que des scientifiques nous prévoient mais pas tout de suite, tandis que les migrants, hein. Et puis, l’Intérieur, c’est aussi le renseignement. Important, le renseignement. De plus, le ministre n’était pas une sorte de « prise de guerre » à la Hulot, mais un des piliers de la macronie. Collomb et Le Drian, les deux barons « socialistes » qui firent beaucoup pour l’élection de Jupiterinho. Même si le ministre Collomb ne laissera pas un grand souvenir dans les annales du ministère, sa démission, bravant un premier refus de Jupiterinho, a, comme on dit au bistro, un sacré coup sur la tronche de la macronie. Et paralysé deux semaines le gouvernement, le temps de bricoler un remaniement poussif. Jolie bourrasque, finalement……………..

 

http://www.la-gauche-cactus.fr/SPIP/spip.php?article2306

 

Laisser un commentaire